Fluctuations impudiques des sentiments – Florence Marguerie

« Fluctuations impudiques des sentiments  » n’est pas un roman érotique, cela parle de passion mais tout en pudeur, cela explore plutôt le côté psychologique de la passion amoureuse.

Livre reçu dans le cadre du Masse critique, merci à Babélio et à in-Octavo Editions.

Lecture : Février 2018 – 180 pages – Sortie : novembre 2007 – Auteur : Florence Marguerie – in-Octavo Éditions

En savoir +

Lou était écorchée, vulnérable. Elle ne maîtrisait plus rien. Elle se trouvait perdue d’être éperdue d’amour. Dans sa voiture, elle pensait à cette femme torero dans « Parle avec elle », un film d’Almodovar, qui reste immobile devant le taureau entrant dans l’arène et se fait transpercer, parce que l’homme qu’elle aime l’a abandonnée. Elle devait faire attention. Elle n’était pas suicidaire, mais elle avait parfois des fragments de seconde de vertige, tant sa douleur était forte. Elle comprenait qu’on puisse soudain avoir envie de lâcher prise, de ne plus penser, que tout disparaisse parce que l’on souffre trop.  » Lou éprouve un coup de foudre pour un homme marié. Cette passion la transforme et la détruit en même temps car  » comment faire pour lutter contre un guerrier immobile ?  » Lou s’agite, montre ses armes, lui donne de petits coups d’épée mais la cuirasse de Raphaël est à peine touchée. Il la regarde faire. Elle le presse de questions sur lui-même, d’interprétations sur ce qu’elle perçoit de son comportement. Lui ne répond rien. Il semble réfléchir, prend parfois un air intéressé. Sans véritable conscience de ce qu’elle fait, Lou joue le tout pour le tout, quitte à détruire leur amour, par impatience et par désarroi.


L’avis de Sybelline

« Fluctuations impudiques des sentiments » est un joli roman sur la dépendance affective.

N’ayant pas fait de travail sur elle-même, elle recherchait à l’extérieur l’objet d’amour, mais n’attirait peut-être que des personnes qui avaient les mêmes déséquilibres qu’elle. Il en résultait une relation insatisfaisante qui ne pouvait aboutir qu’à la séparation ou à la dépendance. (page 44)

Le roman est un peu structuré comme une étude-récit, l’auteur place les protagonistes, les expliquent, il y a les faits, ce qui est et pourrait être, les évolutions possibles et les conclusions… Oui presque une précision chirurgicale.

Cela parle aussi d’adultère, de la difficulté de se fixer avec UNE personne, du rapport avec soi, avec l’autre. Cela parle de failles en soi, d’alchimie des corps, de la passion qui fait grandir mais qui détruit également.

Le côté parfois trop religieux m’a un peu dérangé. Heureusement cela est contre balancé par la recherche spirituelle / méditation / retour sur soi nécessaire, se réconcilier avec soi-même.

Une belle découverte.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :