La pièce obscure d’Isaac Rosa

J’ai reçu le roman « La pièce obscure » d’Isaac Rosa dans le cadre de Masse Critique de Babélio. Par des retours en arrière, feed-back, on suit l’histoire d’une bande d’amis qui ont décidé d’obstruer une pièce en sous sol…

Lecture : 24 octobre 2016 – 280 pages – Sortie : septembre 2016 – Auteur : Isaac Rosa – Éditions Christian Bourgois

En savoir +

Directement inspiré par les événements de l’Espagne contemporaine, le roman La Pièce obscure raconte l’histoire d’un groupe d’amis, bien installés dans la démocratie naissante après la mort de Franco et la société de consommation qui la caractérise, qui louent un local dont ils transforment le sous-sol en pièce noire dans laquelle ils se livrent à de nouvelles formes de relations, notamment sexuelles et hédonistes, protégés par l’anonymat que leur offre l’obscurité absolue. Rapidement, la pièce obscure se transforme en refuge, en rempart dressé contre les répercussions de l’évolution de la société et la crise que ces jeunes gens n’attendaient pas. C’est la perte des illusions que raconte ce roman, à travers le bilan de quinze années qui aboliront toutes certitudes et obligeront les membres du groupe à une douloureuse réflexion sur eux-mêmes.


L’avis de Sybelline

J’ai eu du mal à entrer dans « La pièce obscure », d’autant que l’auteur nous prends souvent à parti, pour que l’on soit nous aussi l’une des personnes entrant dans la pièce obscure.

Par des retours en arrière, feed-back, on suit l’histoire d’une bande d’amis qui ont décidé d’obstruer une pièce en sous sol…

Ce qui était au départ un lieu de plaisir va devenir… peu à peu… bien d’autres choses…

Un univers clair-obscur oscillant entre excitation et angoisse…

Peuplé d’interdits et de recherche de soi…

Je regrette le coté trop descriptif du roman qui fait que j’ai eu du mal à le lire.

Aucunes dialogu, ce n’est qu’une narration.   Le style est de qualité pourtant.

Une lecture pas facile du tout, oui c’est une lecture ‘dérangeante’,on se sent ‘voyeur’,  bien que l’on ressent la honte du narrateur qui spécifie bien (trop) souvent que tout cela a été possible parce qu’ils étaient des personnes différentes à cette époque, que cela n’aurait pas été possible après…

C’est un découverte pour moi, auteur à suivre…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :