Le portrait de Dorian Gray de Oscar Wilde

J’ai enfin lu le classqieu « Le portrait de Dorian Gray », c’est une Lecture commune avec Culture, you and me 

Titre du roman : Le portrait de Dorian Gray | Titre original : The Picture of Dorian Gray | Auteur :  Oscar Wilde | Nombre de pages :  403 | Editeur : Editions Folio | Date de parution :  (1891) | Genre : classique, Fantastique | Date de lecture : Septembre 2013 – COUP DE COEUR


Par la magie d’un vœu, Dorian Gray conserve la grâce et la beauté de la jeunesse. Seul son portrait vieillira. Le jeune dandy s’adonne alors à toutes les expériences, s’enivre de sensations et recherche les plaisirs secrets et raffinés. « Les folies sont les seules choses qu’on ne regrette jamais », « il faut guérir l’âme par les sens, guérir les sens par l’âme ».

Fils d’un chirurgien réputé et d’une femme de lettres engagée dans la lutte irlandaise, Oscar Wilde fait de brillantes études à l’université d’Oxford. Suite à sa rencontre avec John Ruskin, porte-parole du mouvement « esthète », il adhère à ce courant artistique qui prône la recherche du « beau », sans préoccupation morale ou sociale. Rédacteur en chef du magazine The Woman’s World, il prend fait et cause pour le féminisme. Installé à Londres, il choque la société mondaine par ses extravagances, son cynisme et ses pièces de théâtre sont souvent interdites de représentation. Mais c’est son roman, ‘Le Portrait de Dorian Gray’, qui lui assure le succès. A l’heure où l’homosexualité est punie par la loi, la relation passionnée qu’il entretient avec Lord Alfred Douglas le conduit à purger deux années de travaux forcés. A sa sortie, c’est un homme brisé qui rejoint son amant en Italie. Enterré au Père Lachaise, Oscar Wilde reste une figure majeure de la littérature dont l’atmosphère singulière continue de provoquer l’admiration.


L’avis de Sybelline

Le portrait de Dorian Gray

Bien sûr je connaissais l’histoire (comme beaucoup d’entre vous) : celle d’un homme extrêmement beau qui voulait garder sa beauté et qui y arrive grâce à un portrait de lui-même qui seul vieillit… Un classique !

C’est le premier roman de cet auteur que je lis, cette oeuvre a été écrite fin du 19ème siècle et pourtant cela se lit super bien.  Je trouve les phrases jolies, les mots bien posés, quel bonheur de lecture, quel talent d’écriture.

Commençant la lecture, je me suis de suite dit que cette histoire parlait d’amour entre hommes !?! et j’avais raison ! (Le roman d’Oscar Wilde était une romance crypto-gay avant d’être censuré. plus d’infos : ici). Le récit du portrait de Dorian Gray a donc pour arrière-plan l’homosexualité, sujet tabou mais cher à Oscar Wilde, étant lui-même homosexuel.
Ah voilà qui s’explique 🙂

Le temps de poser les lieux, le siècle, les liens entre les personnages et les circonstances et on ne peut qu’être emporté par la suite, par la quête de Dorian et le drame qui se joue. C’est fascinant et envoûtant et … L’écriture de M. O.Wilde est délicieuse.

Dorian Gray, jeune homme très beau, naïf et vaniteux, petit protégé du peintre Basil Hallward va faire la connaissance d’un ami commun : Lord henry et tout va basculer…

Extrait : « Il sentait confusément des influences entièrement nouvelles s’exercer sur lui. Et pourtant il avait l’impression qu’elles émanaient en réalité de lui-même. Les quelques mots que l’ami de Basil avait prononcés – des mots lancés par hasard, sans nul doute, et nés d’un goût délibéré du paradoxe – avaient touché en lui une corde secrète que rien n’avait jusque là touchée, qu’il sentait vibrer à présent, et provoquer d’étranges palpitations. »

Sous l’influence de Lord Henry, Dorian va se servir de sa jeunesse, de son apparence de ‘prince charmant’ pour charmer et manipuler tous ceux qui s’attachent à lui. En gardant « toujours l’apparence d’un homme qui se serait tenu à l’abri des souillures du monde ».

Extrait : « Je suis jaloux de ce portrait de moi que tu as peint. De quel droit garderait-il ce que je dois perdre ? Chaque minute qui passe m’enlève quelque chose pour le lui donner. Ah ! si ce pouvait être l’inverse ! Si le portrait pouvait changer, et moi rester éternellement tel que je suis à présent ! … « 

Un vœu qui va se réaliser…

Jeunesse, luxe, romantisme et décadence… 

Extrait :  » … il songeait à la déchéance à laquelle il avait conduit son âme avec une compassion d’autant plus aiguë qu’elle était purement égoïste… Sa curiosité de la vie, que Lord Henry avait la première fois excitée en lui le jour où ils étaient assis dans le jardin de leur ami commun, semblait croître à mesure qu’elle trouvait à se satisfaire. Plus il en savait, plus il désirait en savoir. Il avait des appétits furieux qui en s’assouvissant devenaient plus voraces encore »

A noter le passage ennuyeux sur les passions de Dorian (tissus, musique, joyaux…) qui n’est à mon goût pas très utile et surtout trop long, par contre le passage dans les docks de Londres est très intéressant, l’on y voit un Dorian sombre qui cherche à fumer de l’opium pour oublier ses méfaits.

Cette simple ambition folle de ne jamais vieillir… Dorian abusant sans limites des plaisirs de la vie. Son masque de beauté dissimulant ses péchés, eh oui l’on pardonne plus facilement à la jeunesse.

Oscar Wilde nous expose sa théorie sur l’Art et sur la quête du Beau.

Le tout est immoral, ponctué de joutes verbales/réflexions philosophiques sur la vie, sur les sens, le bien/le mal et cela tout le long.

Pas étonnant que Dorian Gray ait inspiré le cinéma, il y a eu effet de nombreuses adaptations cinématographiques :

Le Portrait de Dorian Gray (film, 1945 de Alber Lewin)
Le dépravé -Dorian Gray (Film 1970 de Masssimo Dallamano)
Le Portrait de Dorian Gray (Film 1977 de Pierre Boutron)
Dorian : Pacte avec le diable (Film 2001 de Allan A. Goldstein)
The Picture of Dorian Gray (Film 2006 de Duncan Roy)
Le Portrait de Dorian Gray (film, 2009 de Oliver Parker)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :