[Rencontre littéraire] Agnes Martin Lugand à la Librairie Doucet, Le Mans

[Rencontre littéraire] Agnes Martin Lugand à la Librairie Doucet, Le Mans

J’ai assisté ce jeudi 14 décembre à la rencontre organisée par la Librairie Doucet avec l’auteure Agnes Martin Lugand pour son nouveau roman ‘L’homme aux mille détours’. Très intéressant de connaître la genèse d’un roman, la façon d’écrire de l’auteure. Il y avait beaucoup de monde, je n’ai pas fait la queue pour une dédicace.

Une bonne 60aine de personnes, en majorité des femmes, j’ai du compter 2 hommes présents environ.
Une audience attentive dans l’ambiance feutrée du salon restaurant de la librairie décorée pour les fêtes.

Il y a quelques années déjà, j’ai lu le premier roman de Agnès Martin Lugand “Les gens heureux lisent et boivent du café” (ma chronique) d’une traite, je devais l’offrir, et je l’ai lu avant tellement il me tentait … Je dois avoir d’autres romans qui dorment dans ma bibliothèque…

Un roman assez personnel

Ce roman se déroule en Bretagne, à St-Malo plus exactement. Cela raconte le parcours d’une femme, soudainement quittée par son mari, qui se retrouve à travailler derrière un bar et à élever seule ses 3 enfants, dont un enfant en bas âge… Une maman courage qui au bout de 7 ans, décide d’exister enfin pour elle même et elle rencontre à nouveau l’amour…

Le bar existe, c’est un bar où l’auteure à l’habitude de déjeuner, elle y allait lorsqu’elle écrivait le roman, elle s’en est donc inspiré. D’ailleurs elle nous dit que le lancement du roman s’est fait dans ce bar et qu’à un moment : elle s’est retrouvée derrière le bar…

Ce roman parle aussi de désir de parternité, de ce qui se passe dans la tête d’un homme, dans un société où c’est plutôt tabou de parler de la difficulté masculine. Cela parle aussi de violence dans le couple, de l’emprise… L’auteur nous dit si justement que l’ “On n’aime pas quelqu’un pour le guérir”….

L’Odyssée d’Homère ?

Le titre fait référence à l’Odyssée d’Homere (l’homme aux mille détours, c’est Ulysse); Odyssé dans laquelle l’auteur s’est plongée, tout le long de son travail d’écrite… Malgré tout, elle a trouvé le titre du roman qu’à la toute fin, le titre s’est alors imposé lors de la relecture.

L’auteur nous explique sa difficulté pour trouver les prénoms des enfants, elle souhaitait des prénoms rares, peu utilisés. Son mari lui a suggéré Ulysse, ce qui a fait qu’elle s’est replongée dans l’Odyssée et ne l’a plus lachée… Replongeant dans ses souvenirs de lycée, partant à l’aventure et… les choses se sont mises en place d’elle-même, au fur et à mesure de son écriture …

Sa relation avec les personnages de ses romans ?

Agnes Martin-Lugand nous a parlé longuement de ses liens avec les personnages de ses romans : elle ressent tout ce qu’ils ressentent, elle vit avec eux. Elle s’attache à ses personnages “On est très nombreux dans ma tête… je leur dis au revoir à plusieurs reprises” A M-L.

A M-L nous explique qu’elle n’a pas vécu ce que vivent ses personnages, elle n’échange pas non plus avec des personnes qui auraient eu un parcours similaire à ses personnages, car elle ne souhaite pas que cela percute avec ce qu’elle a en elle-même. Elle souhaite que cela doit reste une fiction, son écriture fait écho avec son inconscient. Elel nous parle de la souffrance et du plaisir qui se mêlent lorsqu’elle écrit, elle “aime avoir mal quand elle écrit”.

A M-L sait doser l’émotion, la colère, l’humour, avec des moments très droles… L’auteur a dit avoir beaucoup rit en écrivant sur les parents, des personnages hauts en couleur.

L’auteure nous explique que son Editrice ne sait jamais sur quoi elle écrit, elle ne le sait qu’à la fin, lorsqu’elle lui envoi le manuscrit final. L’auteur lui en dit le moins possible durant la période d’écriture, elles se connaissent depuis de nombreuses années et se font confiance. Son mari est son 1er lecteur, pour sa part, il lit et la conseille à différents moments de son écriture.

A M-L a mis longtemps à écrire ce roman, mais cela lui convient car elle ne veut pas entrer dans une lassitude d’écriture, elle ne souhaite pas “écrire pour écrire”. Même si… elle a hâte de s’enfermer à nouveau pour écrire et se “faire manipuler par ses personnages” …

Sur son roman “La déraison”, l’auteure nous dit que ce sont les précédents romans qui l’ont amené à celui ci, que ce fut une expérience d’écriture éprouvante et malgré tout une quête de paix, elle a couché sur papier ses angoisses. Son cheminement, son urgence d’écrire, intense et extrême….

L’auteur écrit en musique…

L’auteure écrit en musique “‘S’il n’y avait pas de musique, je n’écrirais pas un mot, chaque scene a son morceau qui lui est dédié” nous dit-elle. Elle utilise Shazam et Spotify, elle stocke des playlists, elle cherche, elle fouille, ce sont aussi des musique qu’elle entend lors de ses déplacements. Elle a une période réflexion puis décriture. L’auteure précise qu’elle relit ses romans en musique, mais que LES SIENS, sinon c’est une lectrice qui aime plutôt le calme.

[ Et là je pense de suite à mon amie auteure Myriam Audouin qui nous conseille des morceau à écouter lorsqu’elle nous partage ses avis de lectures] Note d’Influen’S Mans

Résumé : L’un rêve de fonder une famille.
L’autre a fui toute attache.
Tous deux se sont rencontrés au milieu de l’océan Indien et, sans rien savoir de leurs secrets, se sont liés d’amitié.
Quand le premier décide de regagner la France, le second lui demande une étrange faveur : se rendre à Saint-Malo et lui donner des nouvelles de celle qu’il a abandonnée sept ans plus tôt sans laisser de traces…
Des liens du sang aux liens du cœur, l’odyssée d’une famille.

400 pages, Editions Michel Lafon | Date de sortie : 28 septembre 2023

Merci a la librairie Doucet

La news vous a plu, aimez, commentez et partagez

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire