Les vacances d’un sérial killer de Nadine Monfils

« Les vacances d’un sérial killer « , Une comédie décapante, teintée d’humour noir et d’un zeste de poésie, un hymne à la Belgique.

Auteur : Nadine Monfils | Nombre de pages :  225 | Éditeur : Éditions Pocket – Date de parution : 2010 | Genre : Humour | Prix et lieu d’achat : Occasion, librairie du Centre, Le Mans | Date de lecture : janvier 2014

En savoir +

Comme chaque été, Alfonse Destrooper part en villégiature à la mer du Nord. Josette, sa femme, est bien décidée à se la couler douce, entre farniente à la plage et shopping dans la station balnéaire. Les enfants, Steven et Lourdes, emportent leur caméra pour immortaliser ces vacances tant attendues. Quant à la mémé, véritable Calamity Jane, elle les accompagne dans sa vieille caravane.

 

Mais le voyage commence mal ! Un motard pique le sac de Josette à un carrefour et s’enfuit. Furieux, Alfonse s’arrête dans un snack pour s’enfiler une bière pendant que les deux ados, avec leur manie de tout filmer, s’amusent à planquer leur caméra dans les toilettes, histoire de recueillir quelques images truculentes. La famille Destrooper reprend finalement la route. À l’arrière de la voiture, les ados visionnent tranquillement leur vidéo. Quand, soudain, ils découvrent à l’écran le cadavre du motard gisant sur le sol des toilettes du restoroute ! Et, pour couronner le tout, la magnifique pension dans laquelle les Destrooper ont prévu de séjourner est un rade pourri. Les vacances en enfer ne font que commencer…

Une comédie décapante, teintée d’humour noir et d’un zeste de poésie, un hymne à la Belgique.

 

L’avis de Sybelline

Les vacances d’un sérial killer…

Nadine Monfils a un style bien particulier, je l’ai trouvé vulgaire, mais si déjanté et donc si passionnant, un livre qui se lit très vite, j’ai eu personnellement du mal à le poser, à m’en échapper, trop l’envie de poursuivre l’aventure et de connaitre le dénouement.

 

Mémé Cornemuse, nymphomane, complètement barrée, ce personnage est génial !
Tous les personnages sont de pauvres gens un peu comme « zezette » du « père Noël est une ordure » (le Splendid) ! L’humour m’a fait beaucoup pensé à l’équipe du splendid.

On apprends un peu le belge grace à quelques mots, avec annotations , ce petit voyage en belgique fut très surprenant et comme d’autres livres de l’auteure à lire, je ne vais pas m’en priver.Très sympa.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :